Y’a quequ’chose qui cloche là-d’dans… (In Memoriam Gérard Lasseur)

Gérard Lasseur est décédé fin février à l’âge de 60 ans, pour la plus grande tristesse de ceux qui avaient connu cet ingénieur système mythique du Laboratoire de mathématique de l’École normale supérieure de Lyon. À travers lui, je saisis l’occasion de rendre hommage sur ce Blog aux ingénieurs et autres personnels qui oeuvrent discrètement, dans les laboratoires, au service de la recherche et des chercheurs.

En m’accueillant à l’ENS Lyon, il y a 15 ans de cela, mon collègue Emmanuel Grenier m’avait prévenu : l’ingénieur système est très bon et il a un syle très personnel. De fait. Hirsute et mal rasé, arborant larges bretelles et gros pendentif, fort consommateur de cigares, arrivant au bureau avec son chapeau informe, arpentant les couloirs avec les épaules voûtées et la bobine d’un bandit sorti d’un film de Clouzot, Gérard se faisait remarquer tout de suite. Il habitait un antre impénétrable, bourré de matériels informatiques en tous genres, ordinateurs éventrés et bidules mystérieux; c’était là qu’il passait de longues heures à peaufiner ses scripts en maugréant.

On ne savait jamais trop quand Gérard serait là : ses horaires subissaient des fluctuations quantiques macroscopiques. Mais quand il était là, cela se remarquait. Sa porte était toujours ouverte et sa voix portait loin. Il arrivait, pendant quelque séminaire ou discussion paisible, que les couloirs retentissent d’un homérique “PUTAIN DE SCRIPT À LA NOIX”, ou quelque chose dans le genre. Les invités ne s’étonnaient pas outre mesure (on entend de tout dans un laboratoire!) et les membres de l’équipe avaient un petit sourire entendu (Dormons tranquille, notre ange gardien Gérard veille sur nous).

Quand on rentrait dans son bureau, on ne savait jamais trop non plus au bout de combien de temps on en sortirait. Parfois Gérard se lançait dans de grandes discussions (cela pouvait aller de la naissance du langage C à la rustine d’un système de sécurité, ou encore tout autre chose). Parfois il rembarrait sèchement le visiteur. Mais il maîtrisait son affaire, pour sûr, et il n’était pas avare de son temps.

Peu après mon arrivée à l’ENS Lyon, je suis allé le voir pour lui demander d’installer mutt, mon logiciel de messagerie préféré (souvenez-vous, en ces temps ancestraux, les ordinateurs portables étaient encore rares, et l’installation de logiciels n’avait rien d’évident). Que n’avais-je pas fait ! Je me suis retrouvé vite envoyé dans les filets. Faille de sécurité, inutile, t’as qu’à faire comme tout le monde, on va pas s’encombrer d’un truc à la carte… Quelle déception ! Mais le lendemain, le voilà qui débarque dans mon bureau. “Devine ce que j’ai installé ?” Le logiciel avait bien été mis en place, juste pour moi (d’ailleurs j’y suis resté fidèle jusqu’à aujourd’hui !).

C’était le style typique de Gérard, râleur au grand coeur… Nous étions heureux et fiers de l’avoir auprès de nous. Un ingénieur système fait partie de l’âme du laboratoire, et c’est l’une des rares personnes qui y soient totalement indispensables ! Les années que j’ai passées à l’ENS Lyon, pour moi c’était aussi les “années Gérard”.

Gérard Lasseur en son antre Posted in category: Uncategorized

Highslide for Wordpress Plugin